Clin d'oeil à Patrice Boufflers

cliquez pour agrandir l'image

Il est grand, fort. Il a une voix qui porte. C'est un homme chaleureux, le cœur sur la main toujours prêt à rendre service.

Il ignore qu'il figure dans le  premier bulletin municipal mais il était inconcevable qu'il ne soit pas présent dans ce numéro.

Voilà le portrait du 16ème conseiller municipal si l'équipe avait comporté un membre supplémentaire. Son projet de vie en a décidé autrement : après voir habité trente-sept années à Morvillars, il réside depuis un an en Haute-Savoie et profite de sa retraite en compagnie de son épouse. Toutefois, une partie de son cœur en est resté morvellais. Un de ses passe-temps préféré reste l'écriture.

Ce n'est pas parce que l'on cesse d'être correspondant que l'on cesse d'écrire. Patiemment, au coin de sa cheminée, il a constitué un dossier sur le patrimoine du village. Document qu'il nous a envoyé et que l'on va distiller dans nos bulletins municipaux. En effet, nous ferons paraître un article ou deux dans chaque numéro.

Certes sa modestie va en pâtir mais il faut rendre à César ce qui appartient à César et nous n'imaginons pas nous approprier ses écrits.

Qu'il trouve par le biais de cet article tous nos remerciements et notre reconnaissance.

 

Patrice BOUFFLERs historien de la commune (Est Républicain 15/11/2015)

Patrice Boufflers (ici en compagnie du maire Françoise Ravey), qui fut correspondant du Pays de longues années, voue une passion à l’histoire… et à Morvillars.

C’est un ouvrage remarquable sur la guerre de 14/18 – après celui sur les châteaux Viellard paru en septembre – que vient de publier Patrice Boufflers. Vendredi soir devant un public très nombreux l’ex-professeur des écoles, qui a quitté Morvillars pour les Alpes depuis quelques années, a présenté son ouvrage.

Un ouvrage qui relate de manière précise et très documentée cette période de notre histoire. Avec d’abord une première partie sur le centenaire de la guerre, l’histoire du monument aux morts, du cimetière. Mais aussi avec un chapitre très intéressant sur le château Louis-Viellard aujourd’hui propriété de la commune, qui devint en 1916 un hôpital militaire de la Croix-Rouge puis l’hôpital d’origine des étapes en avril 1917.

Grâce à un travail particulièrement fouillé et minutieux puisque l’auteur a consulté quelque 70.000 feuilles d’archives et les journaux de l’époque dont l’Alsace de 1914 à 1922, l’ouvrage constitue un document de référence au moment où le site de la nécropole est retenu pour figurer au patrimoine de l’UNESCO. Ainsi, sont par exemple répertoriées les fiches des trente-trois morts de la Grande Guerre, tous de Morvillars avec les fac-similés qui relatent les circonstances de leur mort et leurs faits d’armes. Tous, à l’exception d’un dénommé Auguste Conchaudron, dont la trace a été perdue.

Françoise Ravey a naturellement rendu hommage à Patrice Boufflers en le faisant citoyen d’honneur de la commune.